Carmignac

Carmignac Long Short European Equity: La Lettre du Gérant

  • Auteur(s)
    Malte Heininger
  • Publié
  • Longueur
    8 minute(s) de lecture

Chers investisseurs,

Le deuxième trimestre de 2023 a été un trimestre difficile pour nous, car l'environnement macroéconomique est resté complexe et confus. Comme détaillé dans notre dernière lettre trimestrielle, l'économie est toujours fortement impactée par les impacts directs et indirects de la période Covid, qui ont déséquilibré l'économie mondiale et ont conduit à une désynchronisation globale du cycle.
Notre fonds** a généré une performance de -0,93%, nette des frais, au cours du trimestre.
Comme le montre le tableau ci-dessous, alors que notre portefeuille « Core Long » a généré une performance positive, aidé par nos fortes convictions sur Alcon, Prada et Microsoft; nos positions vendeuses « Alpha Shorts » ont souffert de la hausse du marché portée par le Beta et le momentum de marché.

YTD – Contribution par poche

Core Longs+3.61
Trading Longs-0.05
Relative value/Special sit-0.03
Alpha Shorts-3.57
Hedging-3.12


                                                                Données au 30/06/2023. Source: Carmignac, 30/06/2023

Au cours du deuxième trimestre, les marchés d’actions européens ont été globalement stables après une forte hausse au T1, tandis que les marchés d’actions américaines ont continué à se redresser. En examinant les fondamentaux, cette divergence entre les États-Unis et l'Europe est logique. L'économie américaine se tient bien et les données sont meilleures que prévues, défiant les prévisions d'une récession à court terme.

La force de l'économie américaine, entre autres, bénéficie toujours du stimulus extraordinaire et des trillions de dollars imprimés dans le sillage de la pandémie de Covid. Les efforts de politique monétaire visant à absorber cette liquidité, via un resserrement quantitatif et des taux d'intérêt plus élevés, ont jusqu'à présent été entièrement compensés par la politique budgétaire extrêmement expansive du gouvernement américain, sous la forme de l'Inflation Reduction Act (IRA), de l'US Infrastructure Act, du Chips Act, etc.

Le déficit budgétaire des États-Unis pour 2023 s'élève à 8%, un chiffre incroyablement élevé en dehors des périodes de crise et de guerre, alors que le taux de chômage est inférieur à 4%. D'autre part, le consommateur américain est devenu beaucoup moins sensible aux hausses de taux d'intérêt, car plus de 90% des prêts hypothécaires résidentiels, qui représentent 80% de la dette des consommateurs, sont principalement à long terme et à taux fixes.

Les marchés cycliques précoces, tels que le marché immobilier et l'industrie immobilière dans son ensemble, avec de grands effets d'entraînement sur l'économie globale, se maintiennent assez bien grâce à :

  • La construction commerciale, qui a été soutenue par l'IRA et la relocalisation.
  • Le marché des nouvelles constructions résidentielles est contre-intuitivement aidé par les taux plus élevés qui réduisent la quantité de logements d'occasion disponibles car les gens ne peuvent pas refinancer, améliorant ainsi la demande de nouvelles constructions.

Alors que l'inflation diminue et que le marché du travail reste assez tendu, les salaires réels ont commencé à augmenter. De plus, nous observons également des indicateurs avancés aux États-Unis, tels que le ratio stocks par rapport aux nouvelles commandes de l'ISM pourraient atteindre un creux, ce qui pourrait être le début d'un cycle de réapprovisionnement. Ainsi si nous cherchons à résumer, l'économie américaine semble assez bonne et bien que les bénéfices et les multiples puissent le refléter, il n'y a pas de signes imminents que l'économie va se retourner soudainement.

En Europe, la situation est différente pour de nombreuses raisons. Si on considère la période Covid, nous n'avons jamais eu autant de stimulus monétaire et budgétaire que les États-Unis. En sortant de la Covid, nous n'avons pas bénéficié non plus de mesures de relances équivalentes aux stimulus américains (IRA, Infrastructure, etc.) qui soutiennent l'économie. Et de fait, les origines de l'inflation en Europe provenaient principalement de la crise énergétique et des perturbations des chaînes d'approvisionnement liées à la Covid, plutôt que d’une quantité excessive de monnaie. Bien que nous n'ayons pas bénéficié d’un stimulus aussi important, nous avons pour autant connu un resserrement monétaire équivalent sous la forme de hausses de taux d'intérêt sans précédent pour lutter contre le choc inflationniste. Ce qui a eu un impact majeur sur les marchés immobiliers qui connaissent une proportion importante de taux variables ou à court terme comme la Suède ou le Royaume-Uni - beaucoup plus que sur le marché immobilier américain. Par exemple, les prix des maisons allemandes ont chuté plus rapidement cette année que pendant la crise financière et l'industrie de la construction est confrontée à un enjeu majeur avec l'effondrement de nouveaux projets. L'espoir d'un retour en force de la Chine plus tôt cette année qui stimulerait les exportations européennes ne s'est pas concrétisé et l'économie chinoise continue d'être très faible.

Les problèmes structurels de l'Europe sont évidemment toujours très présents et, bien que l'arrivée de l'intelligence artificielle (IA) soit un changement historique qui aura d'énormes implications pour toutes les entreprises, les moteurs de ce développement sont, à quelques exceptions près, une fois de plus aux États-Unis et élargiront encore l'écart structurel entre les deux continents.

Les marchés européens sont à leur plus haut niveau après un premier semestre solide et de nombreuses entreprises continuent de bénéficier de l'environnement inflationniste et de la normalisation plus lente que prévue des problèmes de chaîne d'approvisionnement. Le cycle des stocks forts en 2022 touche maintenant à sa fin et, bien que l'accumulation de stocks ait stimulé la croissance l'année dernière, elle devrait être un frein important en 2023. Les stocks d'entreprises européennes ont considérablement augmenté au cours des dernières années, poussant les ratios stocks/ventes dans de nombreux secteurs à des niveaux proches des plus hauts de 20 ans. Depuis le début de la pandémie de Covid, ces entreprises ont renforcé leur compte de résultat grâce à ces pénuries d'approvisionnement artificielles et à leur pouvoir de fixation des prix. Mais les stocks ont un coût élevé et ils sont exposés à un ralentissement de la demande car le pouvoir de fixation des prix ne peut être maintenu éternellement, ce qui par voie de conséquence a un impact sur les marges et la rentabilité. Plus récemment, nous avons commencé à remarquer les premiers signes de fissures.

La chimie, une industrie particulièrement sensible au cycle économique qui, par nature, n'a pas de carnet de commandes et ne bénéficie plus des pénuries artificielles, nous donne un véritable aperçu de l'économie actuelle. Ce secteur a connu une avalanche d'avertissements sur les bénéfices cette année dans tous les marchés finaux (BASF, Clariant, Croda, DSM ou Lanxess, entre autres), en raison de niveaux élevés de stocks/déstockage et de la faible demande finale. D'autres industries sont encore isolées de ces développements en raison de leurs carnets de commandes fournis, mais la configuration sous-jacente est similaire, avec des stocks élevés dans toute la chaîne d'approvisionnement et une faible demande finale. Par conséquent, à moins qu'il n'y ait un rebond important de la croissance économique, de nombreuses entreprises seront affectées dans les mois à venir.

Alors même que les marchés boursiers sont actuellement encore enthousiastes à l'idée que l'inflation diminue, l'impact pour les entreprises sera une faible capacité de fixation des prix sur la base de volumes faibles. Ici encore, nous commençons à voir ce phénomène se produire, dans diverses industries (par exemple, dans les produits alimentaires de base aux États-Unis comme General Mills ou Campbell Soup, où le vent favorable de la fixation des prix a commencé à s'estomper, tandis que les volumes sont bien faibles).

  • En résumé, les perspectives macroéconomiques restent complexes, avec un marché américain assez fort, stimulé fiscalement et boosté par l'IA, une économie chinoise faible avec des risques politiques et une économie européenne qui s'essouffle. Du point de vue de l'investissement fondamental pur, il semble que de nombreuses distorsions liées à la Covid, qui ont faussé les finances des entreprises et l'économie dans son ensemble, commencent à se normaliser, ce qui profitera aux stratégies d'investissement fondamental.

    Comme toujours, notre attention reste portée sur les spécificités des entreprises et les cas d'investissement « bottom-up » et nous sommes très enthousiastes quant aux opportunités qui se présentent à nous.

Nous vous souhaitons un excellent été !

Données au 30/06/2023. Source: Carmignac, Bloomberg, 30/06/2023. ** Performance de la classe d'actions F EUR Acc Code ISIN : LU0992627298. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Carmignac Portfolio Long-Short European Equities

Une approche « Long/Short » flexible des actions européennes

Découvrez la page du Fonds

Carmignac Portfolio Long-Short European Equities F EUR Acc

ISIN: LU0992627298

Durée minimum de placement recommandée

Risque plus faible Risque plus élevé

1 2 3 4 5 6 7
Principaux risques du Fonds

RISQUE LIÉ À LA STRATÉGIE LONG/SHORT: Ce risque est lié aux positions acheteuses et/ou vendeuses à des fins d'ajustement de l'exposition nette au marché. Le Fonds pourrait subir des pertes élevées si ses expositions longues et courtes évoluaient simultanément en sens contraire et de façon défavorable.

ACTION: Les variations du prix des actions dont l'amplitude dépend de facteurs économiques externes, du volume de titres échangés et du niveau de capitalisation de la société peuvent impacter la performance du Fonds.

TAUX D’INTÉRÊT: Le risque de taux se traduit par une baisse de la valeur liquidative en cas de mouvement des taux d'intérêt.

RISQUE DE CHANGE: Le risque de change est lié à l’exposition, via les investissements directs ou l'utilisation d'instruments financiers à terme, à une devise autre que celle de valorisation du Fonds.

Le Fonds présente un risque de perte en capital.

* Echelle de risque du KID (Document d’Informations Clés). Le risque 1 ne signifie pas un investissement sans risque. Cet indicateur pourra évoluer dans le temps.

Carmignac Portfolio Long-Short European Equities F EUR Acc

ISIN: LU0992627298
2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 (YTD)
?
Depuis le début de l'année
Carmignac Portfolio Long-Short European Equities F EUR Acc +2.34 % -7.67 % +9.99 % +16.73 % +5.15 % +0.32 % +7.42 % +13.57 % -5.72 % +0.72 % +3.21 %

Défilez à droite pour voir le tableau dans sa totalité

3 ans 5 ans 10 ans
Carmignac Portfolio Long-Short European Equities F EUR Acc +4.50 % +4.05 % +4.55 %

Défilez à droite pour voir le tableau dans sa totalité

Les performances passées ne préjugent pas des performancesfutures. Elles sont nettes de frais (hors éventuels frais d’entrée appliqués par le distributeur).

Source : Carmignac au .

Coûts d'entrée : 4,00% du montant que vous payez au moment de votre investissement. Il s'agit du maximum que vous serez amené à payer. Carmignac Gestion ne facture pas de frais d'entrée. La personne en charge de la vente du produit vous informera des frais réels.
Coûts de sortie : Nous ne facturons pas de frais de sortie pour ce produit.
Frais de gestion et autres frais administratifs et d’exploitation : 1,46% de la valeur de votre investissement par an. Cette estimation se base sur les coûts réels au cours de l'année dernière.
Commissions liées aux résultats : 20,00% max. de la surperformance lorsqu'elle est constituée et excède le High-Water Mark. Le montant réel varie en fonction de la performance de votre investissement. L'estimation des coûts agrégés ci-dessus inclut la moyenne des 5 dernières années, ou depuis la création du produit si celui-ci a moins de 5 ans.
Coûts de transaction : 1,04% de la valeur de votre investissement par an. Il s'agit d'une estimation des coûts encourus lorsque nous achetons et vendons les investissements sous-jacents au produit. Le montant réel varie en fonction de la quantité que nous achetons et vendons.
Merci pour votre retour !